Actualité de l’association SOLIBU

Toute l’actualité et les activités récentes de notre association sur cette page.
(Mise à jour Avril 2022)
SOLIBU s’est  modernisé !

Vous pouvez, depuis plus d’un an, nous envoyer vos dons par transaction bancaire sécurisée via ce site.
C’est simple, sûr, rapide et vous recevrez automatiquement par email la validation de votre paiement  ainsi que votre reçu fiscal. Pour plus de détail, consultez cette page.

Notre AG 2021

Elle s’est tenue  le Samedi 5 Février 2022 à la Mairie de La Roche Blanche 63670.
Nos activités et nos finances sont au beau fixe comme vous pouvez le constater en lisant le Procès Verbal de notre AG disponible ICI.

Mission au Burundi au mois de Mars 2022

Nicole et Yves sont partis 15 jours au mois de Mars pour faire le tour de nos activités et surtout recueillir les témoignages des personnes que nous avons aidées.  Ces témoignages sont concordant et unanime pour reconnaitre que notre aide a permis de sortir de la misère ces personnes et leur famille. ils ont tous pu mieux nourrir leurs proches, envoyer leurs enfants régulièrement à l’école, les soigner et les habiller décemment; certains même ont pu développer leur activité et atteindre ainsi un niveau de revenus très appréciable. Vous pouvez en savoir plus en lisant leur rapport de mission disponible ICI.

Refinancer les projets riz

C’est dans la plaine de la Ruzizi, juste au nord de Bujumbura, que nous avions décidé de financer il y a un an environ, 3 projets de plantation de Riz qui bénéficiaient à plus de 40 personnes. Mais une calamité dont nous avions parlé dans notre dernier bulletin est passée par là : la montée soudaine des eaux du lac Tanganyika, liée aux infiltrations souterraines de l’éruption du volcan Nyiragongo au Kivu, qui a détruit toutes les cultures et inondée les habitations de plusieurs dizaines de milliers de burundais. Nos bénéficiaires de microcrédits étaient de ceux-là. Puisque, bien entendu, aucune assurance n’existe là-bas pour les indemniser, nous avons décidé, après avoir longuement échangé avec Jean Claude, de refinancer ces microcrédits et d’effacer la dette initiale. Notre trésorerie nous le permettait, nous l’avons donc fait.
Le lac est quasiment rentré dans ses limites anciennes, les plantations sont faites et de bonnes pluies sont venues à point nommé pour alimenter ces cultures. Nous allons croiser les doigts pour eux et espérer que la prochaine récolte leur permettra non seulement de remettre en état leurs logements et de rescolariser leurs enfants, mais aussi, de rembourser les nouveaux microcrédits que nous leur avons octroyés, remboursements qui permettront d’en financer d’autres.

Thierry est un jeune entrepreneur formidable

Thierry et Blandine-Actualité de l'association SOLIBU
Thierry et Blandine

C’est un étudiant Burundais que nous avons connu via Jean Claude lors d’une mission à Bujumbura. Pour financer ses études, il avait fait l’objet d’un microcrédit lui permettant de monter un petit business de secrétariat administratif. Malheureusement la maladie l’a rattrapé : à la suite d’une grave infection mal soignée, il se retrouve paraplégique et donc en fauteuil roulant pour le reste de ses jours. Qui plus est, le logement dont il bénéficiait au sein de l’université n’est plus disponible pour lui, il doit donc dans les jours qui viennent évacuer la faculté. Il a fort heureusement trouvé un toit dans un autre quartier de Bujumbura : une petite maison en terre, un sol en terre battue sans aucun confort, ni électricité, ni toilette. Difficile de survivre en fauteuil dans un tel environnement. Aussi nous avons décidé d’aménager son domicile, d’installer une fosse septique et des sanitaires, de construire un petit « kiosque » qui sera son lieu de travail et qui lui permettra en vendant ses services de secrétariat d’assurer son autonomie financière. Sous la supervision de Jean Claude, qui a pris en compte les souhaits d’aménagement de Thierry, les travaux sont quasiment achevés : Thierry va pouvoir s’installer dans sa maison avec son frère et un ami (tous les deux valides), ils sauront l’assister dans la vie de tous les jours. Il a confié à Blandine : « je vais enfin pouvoir imaginer ma vie ».

Les activités marquantes de ces derniers mois

Marizza, une vache pour les orphelins de Seconde

Seconde et sa vache-Actualité de l'association SOLIBU
Seconde et sa vache

Vous connaissez tous désormais Seconde qui, depuis des décennies, accueille des bébés abandonnés, les fait grandir avant de les replacer vers 6 ou 7 ans dans leur famille éloignée. Depuis longtemps Solibu aide Seconde financièrement mais aussi en l’approvisionnant en bouillie (voir nos bulletins précédents). Nous avons également, avec elle, mis en place différents microcrédits (bananeraie, bière de banane, porcherie…). Lors de notre dernière visite, elle nous a demandé de lui fournir du lait maternisé en poudre. Cette denrée, qui est bien sur importée, coute très cher et n’est pas toujours disponible. En discutant avec elle, nous avons proposé de lui acheter une vache qui lui fournirait le lait quotidien pour nourrir ses petits (à noter que les nourrissons burundais sont traditionnellement nourris au lait de vache). C’est ce que nous avons fait au mois d’avril de cette année et, cerise sur le gâteau, la vache Marizza attend un petit veau ! Les 10 à 15 litres de lait quotidien servent ainsi à nourrir directement les petits qu’elle héberge (près de 45 à ce jour) … si ce n’est pas du locavore çà !

Eleveurs vétérinaires : une formation pour nos bénéficiaires

Vétérinaire-Actualité de l'association SOLIBU
Vétérinaire

Les projets cochons sont, parmi les microcrédits agricoles que nous finançons, de ceux qui fonctionnent le mieux. Non seulement ils sont rentables mais le lisier produit permet d’éviter d’acheter de l’engrais pour les champs. Au demeurant dès que des actes « médicaux » s’imposent (maladie, vaccination), les frais engagés pour faire intervenir un vétérinaire viennent plomber les bénéfices attendus. C’est face à ce constat que Jean Claude, notre correspondant, a eu l’idée de proposer une formation vétérinaire à nos bénéficiaires de la région de Giheta. Cette formation, qui a réuni une trentaine d’éleveurs, a été un franc succès et sera très certainement  renouvelée ailleurs pour d’autres bénéficiaires.